Papa Wemba, il voulait mourir sur scène


La fête a tourné au drame. Alors que le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo bat son plein dans la nuit de samedi à dimanche à Abidjan (Côte d’Ivoire), le chanteur congolais Papa Wemba s’écroule sur scène, victime d’un malaise, et meurt quelques heures plus tard, à l’âge de 66 ans, laissant un peuple et un continent orphelin.

Le pape de la rumba congolaise était l’une des stars de l’événement organisé chaque année par le groupe Magic System.

Vers 5 h 10 du matin, après une longue soirée de concerts, il succède au rappeur Kery James et à la star de la musique camerounaise Charlotte Dipanda face à plusieurs milliers de personnes. Devant la scène, les filles enchaînent des pas de n’dombolo, célèbre danse congolaise remise au goût du jour en France avec la chanson « Sapés comme jamais » de Maître Gims, fils d’un ex-musicien de Papa Wemba.

Le show est diffusé en direct sur la RTI, chaîne de la télévision nationale ivoirienne. Un quart d’heure après le début du concert, alors qu’il entame sa troisième chanson, il s’évanouit derrière ses danseuses. Les musiciens continuent à jouer quelques secondes avant de tenter de lui porter secours. Le public sur place reste interloqué tout comme les téléspectateurs qui peuvent suivre le concert chez eux. La RTI stoppe sa retransmission. Les lumières du festival sont éteintes, plongeant une marée humaine dans l’obscurité. La Croix-Rouge prend en charge l’artiste et le transporte à la clinique de l’Hôtel-Dieu d’Abidjan alors que des mouvements de foule compliquent son évacuation.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail