Chris Robshaw a arrêté de s’excuser

Écarté du capitanat après la débâcle du quinzede la Rose lors du Mondial à domicile, le troisième-ligne Chris Robshaw a surmonté sa culpabilité, alors que l’Angleterre retrouve Twickenham ce samedi face à l’Irlande.

chris-robshaw_2451786c

À quoi pensera Chris Robshaw lorsqu’il descendra du bus du quinze de la Rose, en début d’après-midi, et fendra la foule des supporters, à Twickenham, pour la première fois depuis la Coupe du monde humiliante de l’Angleterre, seule nation hôte à ne pas avoir atteint les quarts de finale de la compétition ? Marchera-t-il la tête basse, lui qui a été démis de ses fonctions de capitaine et ne compte même pas parmi les joueurs cadres du nouveau sélectionneur, l’Australien Eddie Jones ? Probablement pas, car, même s’il avait été choisi par Stuart Lancaster en 2011 pour ses manières polies et humbles – pas vraiment le genre de leader qu’affectionne Jones –, Robshaw (29 ans, 45 sél.) est un robuste, «un type qui continue à plaquer quand d’autres s’arrêtent», selon son coéquipier des Harlequins, le deuxième-ligne James Horwill;

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail