Arsenal, éliminé par le Barça au Camp Nou


Le match : 3-1

Est-ce la neige fondue tombant en abondance sur la Catalogne ou le score du match aller qui a dissuadé les socios de remplir totalement le Camp Nou, mercredi soir ? De fait, le scénario de la rencontre a laissé peu de place au mince suspense qui pouvait encore subsister après la défaite 2-0 des Gunners à Londres, le 23 février. Du moins au début. La « faute », juste après un sauvetage d’Ospina devant Messi qui avait enchaîné contrôle et tir sur un caviar de Neymar (17e), au but précoce du Brésilien sur une action de Busquets relayée par Suarez dans une défense mal alignée suite à une perte de balle (18e).
Les hommes d’Arsène Wenger avaient pourtant débuté sans complexe chez leur meilleur ennemi (une seule victoire lors de leurs huit confrontations précédentes en C1), mais sans convertir leurs occasions, comme au match aller, à l’image d’une frappe des 20 mètres d’Özil qui a frolé le but de Ter Stegen (10e), puis, après le but de Neymar, un tir sans angle d’Elneny contré par Mathieu (38e) ou encore une tête d’Alexis Sanchez au ras du poteau sur un centre de Bellerin (40e). Il leur fallait marquer trois buts au Barça…
Arsenal en a quand même inscrit un très vite au retour des vestiaires et un beau, un plat du pied d’Elneny de l’entrée de la surface qui a trouvé la lucarne de Ter Stegen (51e). Le banc anglais a d’autant pu se remettre à rêver d’un improbable exploit que l’égalisation a fait flotter le Barça quelques minutes. Welbeck, profitant d’un raté de Mathieu, s’est fait reprendre de justesse par Mascherano (58e). Mais Suarez a donné tort aux absents en réussissant une sublime volée acrobatique qui a, cette fois, plié l’affaire (65e). Barcelone, qui a corsé l’addition sur un lob de Messi (3-1, 88e), signe sa dixième victoire de rang à domicile en C1, record du club, et sa 9e qualification d’affilée pour les quarts, tandis qu’Arsenal échoue pour la sixième saison de suite au stade des 8es de finale, vaincu par cinq buts du trio « MSN » (trois de Messi, un de Neymar, un de Suarez).

Le tournant : le tacle de Masherano sur Welbeck

C’est le moment où le Camp Nou a retenu son souffle pour la première et seule fois de la soirée : lorsque Danny Welbeck, à la 58e minute, a profité d’un long dégagement que Jérémy Mathieu lui a servi involontairement de la tête, Arsenal avait une balle de 2-1 dans les pieds de l’international anglais, mais Mascherano s’est jeté pour le contrer et éviter au Barça une fin de match sous pression, même si le genou de l’Argentin s’en souviendra
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail